Imprimer (nouvelle fenêtre)

Jean-François Millet, La Couseuse

Jean-François Millet (1814-1875)
La couseuse

Contrairement à la plupart de ses confrères pour lesquels la nature ou les animaux constituent l’essentiel de leurs sources d’inspiration, Jean-François Millet s’est surtout intéressé à la vie des paysans. Lui-même était issu d’une famille rurale aisée du Cotentin.

Une scène d’intérieur, plutôt que de travaux des champs

La Couseuse – Jean-François Millet – inv. RF1593 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

 –
Jean-François Millet (1814-1875)
La Couseuse
inv. RF1593

Cliché RMN-Grand Palais (musée d’Orsay)

/ Hervé Lewandowski

Moins fréquentes dans l’œuvre de Millet que les représentations de travaux des champs, les scènes d’intérieur jalonnent cependant sa production depuis la fin des années 1840. La Couseuse peut notamment être rapprochée de La leçon de tricot de 1869, qui montre également des figures coupées à mi-jambe se détachant sur un fond neutre structuré simplement par quelques éléments de mobilier.

Une femme occupée à une tâche domestique

Ces scènes dans laquelle des femmes sont occupées à des tâches domestiques dégagent une atmosphère paisible soulignée par la lumière qui modèle doucement les formes. La simplicité des occupations comme celle des vêtements et du mobilier dépeint avec cohérence la vie de la population rurale, sans aucun misérabilisme.

Le triangle formé par la tête, le bras et les mains de la couseuse, absorbée par son travail, concentrent l’attention sur son geste attentif. La gamme de couleurs majoritairement froide et neutre est réveillée par la tache claire du vêtement posé sur les genoux de la couseuse ainsi que par son col blanc et le ruban rouge de ses ciseaux accrochés au dossier de la chaise.

La Couseuse a été léguée à l’État par Hélène Cuvelier, petite-fille des aubergistes Ganne.