Imprimer (nouvelle fenêtre)

Eugène Lavieille, Barbizon sous la neige

Eugène Lavieille (1820-1889)
Barbizon sous la neige durant l'hiver 1855

Alors que les artistes sont venus épisodiquement trouver leur inspiration dans la forêt de Fontainebleau, ils s’y sont rarement aventurés pendant l’hiver et leurs représentations de la nature se concentraient entre le printemps et l’automne.

L’hiver à Barbizon

Eugène Lavieille, Barbizon sous la neige

Eugène Lavieille (1820-1889),

Barbizon sous la neige durant l’hiver 1855

Musée des peintres de Barbizon - Cliché Yvan Bourhis/CG77

Lorsque certains, tels Millet, Rousseau ou Jacque, se sont sédentarisés à Barbizon, ils ont été séduits par la beauté des paysages d’hiver, en particulier lorsque la neige recouvrait arbres et maisons. C’est le cas également d’Eugène Lavieille qui s’est rapidement fait une spécialité de ces paysages de neige, comme le montre cette belle vue de Barbizon pendant l’hiver de 1855, que l’artiste a exposée au Salon de la même année.

La représentation de l’hiver par Lavieille

Quelques années plus tard, un autre paysage hivernal lui a attiré ce commentaire élogieux de Baudelaire, commentant le Salon de 1859 : « Depuis quelques années, les paysagistes ont plus fréquemment appliqué leur esprit aux beautés pittoresques de la saison triste. Mais personne, je crois, ne les sent mieux que M. Lavieille.

Quelques-uns des effets qu’il a souvent rendus me semblent des extraits du bonheur de l’hiver. Dans la tristesse de ce paysage, qui porte la livrée obscurément blanche et rose des beaux jours d’hiver à leur déclin, il y a une volupté élégiaque irrésistible que connaissent tous les amateurs de promenades solitaires ».