Imprimer (nouvelle fenêtre)

Charles Jacque, Intérieur de bergerie

Charles Jacque (1813-1894)
Intérieur de Bergerie.

C’est souvent pendant les jours de pluie que les peintres, du moins ceux qui ne restent pas à l’auberge Ganne ou dans leur atelier pour les artistes sédentaires, se rendent dans les fermes de Barbizon où ils trouvent des sujets pittoresques bien différents de ceux que leur procurent les paysages de la forêt ou de la plaine.

Une scène de bergerie

Charles Jacque, Intérieur de bergerie

Charles Jacque (1813-1894), Intérieur de bergerie,

Musée des peintres de Barbizon - Cliché Yvan Bourhis/CG77

Charles Jacque se fait une véritable spécialité de ces scènes de bergerie dont il rend remarquablement l’atmosphère sombre et renfermée par une peinture presque monochrome où le rayon de lumière central accentue par contraste la pénombre environnante. Le format très horizontal du tableau souligne par ailleurs le caractère confiné de cet espace au plafond bas et dépourvu d’ouvertures.

Les animaux au premier plan

Détail d’Intérieur de bergerie, Charles Jacque

Détail d’ Intérieur de bergerie

par Charles Jacque
- Cliché Yvan Bourhis/CG77

Comme beaucoup de peintres animaliers, Jacque laisse dans l’anonymat le berger qui, de dos et au second plan, dispose du foin dans le râtelier vers lequel se pressent les animaux.

Outre les détails réalistes des baquets, lanternes et autres modestes objets posés sur une étagère, le peintre concentre son attention sur les animaux, les poules dont les crêtes rouges apportent quelques points de couleur, et surtout les moutons représentés dans les positions les plus variées : celui qui, au centre du tableau, paraît regarder le spectateur comme un intrus pénétrant dans son logis, constitue un véritable portrait animal.