Imprimer (nouvelle fenêtre)

Attribué à Jean-Baptiste Carpeaux, La Danse autour du punch.

Attribué à Jean-Baptiste CARPEAUX (1827-1875)
La danse autour du punch
.

Un panneau de l'auberge Ganne

Peinture sur panneau intitulée la Danse autour du Punch, se situant au rez-de-chaussé de l'auberge Ganne,
Attribué à Jean-Baptiste Carpeaux,
 La Danse autour du punch
 Musée des peintres de

Barbizon - Cliché Yvan Bourhis/CG77

 Cette peinture fait partie des nombreux panneaux, souvent de récupération, décorés au 19e siècle par les artistes qui séjournaient à l’auberge Ganne. Dans sa description de l’auberge publiée dans la Revue des Beaux-Arts en 1854, Félix Pigeory explique que beaucoup de ces panneaux servaient d’écran de cheminée avant d’être suspendus au mur comme éléments de décor. Celui-ci, qui est encore muni au dos d’une penture métallique, est plus vraisemblablement un fragment d’une ancienne porte constituée de cinq planches assemblées au dos par plusieurs tasseaux.

Partir peindre « sur le motif »

Détail du panneau 

La Danse autour du punch

Attribué à Jean-Baptiste Carpeaux

- Cliché Yvan Bourhis/CG77

On y voit dans la partie supérieure deux peintres se tenant par le bras et partant manifestement, d’un pas dansant, peindre « sur le motif » : coiffés d’un grand chapeau, les jambes protégées par des guêtres, ils portent l’un une boîte contenant son matériel de peinture, l’autre probablement un parasol ou un chevalet. Au-dessous d’un phylactère sur lequel on distingue encore les noms « Ganne » et, sans doute, « Barbizon », sont représentés quatre hommes menant une danse endiablée autour d’une table. Un autre personnage, barbu, coiffé d’un grand bonnet blanc, puise du punch dans un grand bol enflammé tandis que deux comparses, sans doute déjà bien éméchés, sont l’un affalé sur une chaise, l’autre assis sous la table.

Sur la gauche du panneau, une inscription CARPEAU, tracée au crayon par une main anonyme, paraît désigner le sculpteur et peintre Jean-Baptiste Carpeaux qui a effectivement séjourné à l’auberge Ganne, comme le rappelle le peintre Georges Gassies dans ses souvenirs : de nombreuses esquisses peintes par Carpeaux sont d’un style proche de ce panneau.