flux rss Imprimer (nouvelle fenêtre)

Les conférences d'automne

  • Retour
  • 19-08-2018
  • les samedis 13 octobre et 27 octobre et 10 novembre à 17h30

Samedi 13 octobre | 17h30 


Félix de Vuillefroy (1841 – 1916)

 Encore Le peintre animalier Félix de Vuillefroy-Cassini, en tant que membre fondateur et secrétaire de la Société des Artiste français, fut un acteur important de la vie artistique officielle sous la Troisième République. Sa carrière artistique, qu’il débuta après avoir abandonné le Conseil d’État où il était destiné à suivre la tradition familiale, fut marquée par ses très nombreux voyages à travers la France et l’Europe où il puisa son inspiration.

 Il débuta au Salon officiel en 1867 pour y exposer une dernière fois en 1913. Durant cette longue carrière, il croisa le chemin de nombreux artistes dont Félix Ziem, Félix Thiollier ou encore Anna Klumpke. 

Si son ami Charles Jacque fut célèbre pour ses moutons, Vuillefroy gagna sa célébrité grâce à ses bovins, comme le soulignait Alexandre Dumas fils : « j’aime les vaches de Vuillefroy car elles sentent le fumier ! ». Cette intervention se veut une présentation de cet artiste méconnu, y seront abordées les grandes étapes de sa vie ainsi que ses amitiés artistiques.  

Hugues Vuillefroy de Silly, diplômé de l’École du Louvre, est président de l’Association des Amis de Félix de Vuillefroy.

 Samedi 27 octobre  à 17h30 .

Charles Jacque (1813-1894) 

Parisien, Charles Jacque est un autodidacte de l'art. La gravure et l'illustration lui avaient apporté le pain, la peinture à l'huile lui apporta la gloire.
À partir de 1848, il s’installe à Barbizon et entreprend une carrière de peintre. Dans la Bourgogne bressanne, le parisien découvre la vie rurale. Dès ses débuts, il affectionne les cochons qui se vautrent dans la cour de la ferme. À partir de 1850, il s'intéresse aux autres animaux de la ferme. En même temps, à Barbizon, il apprend à maîtriser la peinture de paysage.
Touche-à-tout de génie, il fut l'un des pionniers de la zootechnie naissante. Il écrivit en 1858 une monographie sur l'élevage des volailles "Le Poulailler", livre de référence de plusieurs générations d'aviculteurs.
 Les vaches et, surtout les moutons (les mérinos) et les volailles deviennent les principaux motifs de ses œuvres. Il représentait dans ses tableaux les belles races que la zootechnie entendait voir se généraliser parmi les éleveurs.

 Olivier Fanica est auteur de la monographie de Charles Jacque et commissaire de l’exposition « Animal de ferme : scènes paysannes, aventure artistique »

Charles Jacque (1813 – 1894), Coq et poules – © Droits réservés


Samedi 10 novembre à 17h30

Intérêt scientifique de l’œuvre de Rosa Bonheur (1813-1894)

Outre son intérêt artistique, la peinture animalière offre aux scientifiques qui le souhaitent une source d’informations. Les races d’animaux domestiques ont le plus souvent évolué depuis le 19ème siècle. Les zootechniciens peuvent ajouter l’iconographie aux publications et écrits dont ils disposent pour objectiver la manière dont les populations animales qu’ils étudient se sont modifiées ou, au contraire, sont restées à peu près identiques jusqu’à nos jours. De surcroît, il arrive que la peinture fournisse des renseignements sur certaines pratiques liées à l’entretien ou l’utilisation des animaux. L'oeuvre de Rosa Bonheur s’avère particulièrement intéressante scientifiquement, en raison de sa fiabilité, fruit d'observations minutieuses. Nous proposerons quelques exemples de toiles et dessins consacrés à chacune des principales espèces d’animaux domestiques chez ce peintre. 

Bernard Denis est professeur honoraire de l’École vétérinaire de Nantes, membre de l’Académie d’Agriculture de France, Président de la Société


 Sur réservation – Durée : 1h30 – Limité à 30 personnes

 Rendez-vous à l‘espace de médiation, 6 rue du 23 août 

Gratuité dans le cadre des Conférences d’automne